Nouveau livre photo : 24 heures à l'Ouest de Denver ! by Adrien Le Falher

Après 3 mois de voyages en van dans l’Ouest des Etats-Unis, je suis heureux de vous présenter le fruit de mon travail, le livre 24 heures à l’Ouest de Denver !

S’il est quelque chose de marquant dans l’Ouest Américain, c’est bien sa diversité : les paysages immenses se succèdent mais ne se ressemblent pas, et je voulais créer une série cohérente qui reflétait cette diversité. Je voulais montrer les grands espaces et les petits détails merveilleux.

C’est ainsi que m’est venu l’idée de la série, et du livre : montrer, par une série de diptyques, la variété des Etats-Unis, en faisant cohabiter deux lieux différents pris à la même heure. Plus que juste extraire une image d’un paysage, le relier à un autre et créer une alchimie qui dit plus, je l’espère, que les deux photos seules.

J’ai déjà sorti plusieurs livres d’art et des magazines, mais jusque là la diffusion n’était que numérique. Mais je suis trop attaché au papier, à la dimension supplémentaire qu’il apporte à la photographie. Pour écrire avec de la lumière, il faut bien un support.

C’est pourquoi je lance une campagne de précommande qui permettra au livre de sortir : l’économie du livre d’art aujourd’hui nécessite un support initial pour lancer les machines. En un mot, je ne pourrais pas sortir le livre sans vous.

Ce livre est le fruit d’un travail de 6 mois, dont je suis très fier. La préparation du voyage, des photos, se lever tous les jours avant le soleil pour espérer en tirer de belles images, tout le travail de sélection parmi les 50.000 images, et tout le travail avec l’imprimeur… Tout se retrouve ici, sur cette centaine de pages de papier. J’espère qu’il vous plaira.

Cliquez sur la photo pour précommander le livre, et acheter des tirages exclusifs.

Cliquez sur la photo pour précommander le livre, et acheter des tirages exclusifs.

Storytelling et pluridisciplinarité by Adrien Le Falher

Image créée par une des IA artistiques que j’ai écrite en 2018.

Image créée par une des IA artistiques que j’ai écrite en 2018.

Depuis quelques années, un anglicisme est bien à la mode : le "storytelling". On l'entend dans la bouche des politiciens et leur spin-doctors, car se faire aimer c'est raconter une histoire, mais on l'entend aussi de manière plus pernicieuse dans la façon dont les gens se présentent. Chaque personne doit être le personnage de sa propre histoire, et pire, chaque oeuvre d'art se doit d'en raconter une.

D'un point de vue personnel, je remarque ça dans le monde de la photo, où de plus en plus de photographes se définissent comme "storytellers", où chaque photo se doit "de raconter une histoire".

Le problème dans tout cela, c'est qu'une histoire est forcément incomplète. Une histoire

simplifie. Une bonne histoire (puisque c'est de cela qu'on parle dans le storytelling, d'une

histoire efficace) va droit au but, se libère de ce qui n'est pas nécessaire au récit.

Nous sommes aujourd'hui, artistes, travailleurs freelance, dans la recherche de la création d'une certaine communauté, d'un groupe de gens qui nous "suivent", car c'est au final d'eux dont on dépend professionnellement : c'est notre réseau propre, celui qui nous amène crédibilité par les chiffres qu'ils nous offrent (like, followers) et possibilités professionnelles (offre d'emplois, collaboration, etc...). Chaque personne devient à la fois son propre réseau et maillon de pleins d'autres.

Revenons au storytelling : c'est un bon outil pour créer son réseau. On crée un avatar de soi, simple à comprendre, avec un style, une ligne éditoriale même. Je suis sur Instagram un photographe qui ne fait que des photos au drone de gens seuls sur une plage. JR ne fait que des grands portraits en noir et blanc, etc. Tout cela pousse à "trouver son style", à chercher en son soi intérieur LA CHOSE qui nous rend unique, singulier... et qui deviendrait donc la raison qui pousserait les gens à nous suivre.

A ce modèle je voudrais en proposer un autre : la pluridisciplinarité. L'anti-style, mais au contraire la curiosité infinie, la recherche non pas du soi profond mais des multiplicités du monde. Une ouverture bienveillante à l'apprentissage du Tout. Alors que je listais publiquement une partie de mes projets de 2018, des amis se sont étonnés de mon côté couteau-suisse, comme si j'étais miraculeusement affublé de multiples talents. Sans fausse modestie, il n'en est rien. Je refuse, en revanche, de plier ma vie au storytelling. D'ailleurs, il est déjà trop tard, voici un aperçu de mes dix dernières années :

18 ans: étudiant en droit anglais et français à Paris

19 ans : scénariste de série aux Philippines

20 ans : étudiant en droit anglais et français, fiancé à une Philippine, membre forcé d'une secte biblique très stricte

21 ans : étudiant en cinéma à Paris, toujours fiancé, toujours dans une secte

22 ans : étudiant en cinéma à Paris, célibataire et plus dans une secte

24 ans : étudiant en cinéma à Paris, plus célibataire

25 ans : étudiant en cinéma à New York

26 ans : assistant d'une geisha à Tokyo, homme de ménage à Kyoto, motion designer en Birmanie...

27 ans : motion designer en France

28 ans : photographe aux Etats-Unis.

Même simplifiée à l'extrême, ma vie ne semble pas avoir grand sens ; elle me paraît cependant comme une grande ligne droite. Cette ligne, c'est la pluridisciplinarité, une de mes valeurs les plus chères, et surtout une solution toute trouvée au manque d'inspiration qui vient forcément avec la production artistique.

Le cerveau ne peut produire constamment, et je ne me vois pas écrire des scénarios 8 heures par jour. Pendant longtemps, j'ai écrit et joué de la musique. Ces deux compétences étaient assez différentes pour ne pas s'assécher en même temps. Puis j'y ai rajouté la création visuelle, pour pouvoir encore plus jongler en cas de page/partition blanche. Puis la cuisine, puis le code...

Chaque moment de pause, d'épuisement artistique n'est pas une malédiction, mais une opportunité pour apprendre autre chose, grandir autrement. Mieux encore, on se rend compte rapidement que l'esprit humain n'est pas si cloisonné, mais qu'au contraire toutes ces passions, ces compétences, se mélangent et se nourrissent entre elles.

Tout cela, en revanche, crée un avatar brouillon, illisible, une ligne éditoriale trop large. Les modes sont cycliques, et en 2019, j'espère que l'on commencera à apprécier la complexité du monde pour les possibilités qu'elle offre plutôt que comme un phénomène à démêler.

D'ici là, je vous enjoins tous à essayer une nouvelle discipline lors de vos moments de creux, une nouvelle compétence à apprendre, ne serait-ce que pour la satisfaction de vous endormir un peu plus savant que vous vous êtes réveillé.

Trône de Sang - Episode 6, dernier épisode ! by Adrien Le Falher

trone de Sang - Logo 1 1400px.jpg

Tout s'emballe dans cet épisode ! La paix espérée n'est peut-être pas aussi simple qu'il n'y paraît, mais nos héros ont plus d'un tour dans leur sac ! Quelques grosses révélations encore, et des retournements de situations. On dira bonjour à de nouveaux amis, et au revoir à des personnages qui nous sont chers, pour finir sur une fin en apothéose. Merci à tous d'avoir suivi cette aventure, et à bientôt pour la prochaine !

Trône de Sang - Episode 5 by Adrien Le Falher

On commence à voir le bout ! Nos héros avancent dans leurs aventures et un grand palier est franchis. Mais la diplomatie n'est pas chose simple, surtout lorsque chaque camp garde pour lui ce qu'il sait. 
Beaucoup d'émotions à nouveau dans cet épisode, à la fois le plus tragique et le plus beau. C'est le début d'un nouveau monde et la fin d'un autre. Amusez-vous bien !

audio Block
Double-click here to upload or link to a .mp3. Learn more

Vous êtes ici, le podcast des sons du monde. by Adrien Le Falher

Mes photographies ont toujours eu pour but d'être une fenêtre sur le monde, mais peut-être encore plus que l'image, le son me ramène immédiatement dans un endroit, un moment vécu.

Le silence n'existe pas, ou plutôt, celui-ci a un bruit unique à chaque instant, dans chaque pays.  Tout autant que les paysages, les sons du monde sont à sauvegarder, car ceux-ci, encore plus que les lieux, évoluent extrèmement vite.

Voici donc quelques capsules de temps, plus ou moins longues, et très variées : le son des plages de Thaïlande, le nouvel an au Japon, la prière en Birmanie... Cette collection ne fera qu'augmenter, mais vous avez déjà quelques épisodes pour goûter au voyage auditif.

 

Trône de sang - Episode 4 by Adrien Le Falher

Beaucoup d'émotions dans ce quatrième épisode ! De l'amour, de l'action, du sang, des larmes ! L'aventure continue de s'accélérer, et les buts de chacun deviennent de plus en plus clairs... Cependant il ne reste plus beaucoup de temps à nos héros pour remplir leur quête, et la pression monte. Seront-ils assez efficaces ?

audio Block
Double-click here to upload or link to a .mp3. Learn more

Trône de Sang - Episode 3 by Adrien Le Falher

trone de Sang - Logo 1 1400px.jpg

Troisième épisode du podcast Trône de Sang, et l'histoire s'emballe ! En effet, les décisions prisent par nos aventuriers auront leur lot de conséquence, et le monde ne pourra pas être tout à fait le même après leur passage... Cherchez avec eux comment communiquer avec les Perdhefs, ce peuple au langage si bizarre, rencontrez un nouveau Tom, et les terribles Ker ! La fin de l'épisode vous donnera envie d'entendre rapidement la suite, et ça tombe bien, elle ne devrait pas tarder :) 

Nouveau livre photo ! Je vous présente "Femmes d'Asie". by Adrien Le Falher

Preview de "Femmes d'Asie".


Je ne pouvais pas garder toutes ces photos, toutes ces histoires pour moi. 

Après notre retour d'Asie j'avais besoin de temps pour réfléchir, pour assimiler toutes nos aventures. J'ai donc attendu un an, puis me suis plongé à nouveau dans mes 80.000 photos. Je les ai toutes redécouvertes, et réalisé le nombre de portraits que j'ai pris. Ils ne m'avaient pas marqué à ce moment là, et pourtant toutes ces histoires me reviennent. Je me devais de raconter toutes ces rencontres, de mettre en avant toutes ces femmes qui m'ont touchées.

Vous trouverez au-dessus quelques pages du livre, qui en fait 175, et que vous pourrez trouver, bientôt j'espère, dans vos bibliothèques.